Sommaire du site Aventures De l'An Mil au XIIIe siècle

adventures during the middle age








Hasting XI initiation [Argad ANO]
butin des corbeaux [Argad]
les forges du Dniepr [SAGA]
Mac Law en Poméranie [SAGA]
Mac Law en Poméranie [SAGA]


















Moyen Âge Central à l'ouest de l'Europe

Ce Moyen Âge Central est la seconde des trois subdivisions principales du Moyen Âge avec le HAut Moyen Âge central et le bas Moyen Âge. Ce Moyen Âge débute à la fin du IXe siècle et s'écoule jusqu'à la fin du XIIIe siècle.

Mode de vie Anglo-saxon

Selon wikipédia, ..Ces Germains suivent leurs coutumes anciennes. Ils abattent des arbres et construisent, pour le chef de la tribu (thane), le noble, un hall de troncs d’arbre et pour eux-mêmes des cabanes de pionniers. Pour répartir les terres, la bande suivra la tradition germanique. Le village (town, township, du mot anglo-saxon tun, haie) est le propriétaire collectif des champs, mais chacun y aura sa part définie. Ils pratiquent la jachère. On enclot un bois communal où les porcs trouveront des glands et les hommes des fagots. Le village est administré au point de vue économique par une petite assemblée, le moot qui nomme le représentant officiel du village, le reeve. Il essaie de résoudre les difficultés de la vie quotidienne par un débat public, lequel conduit presque toujours à un compromis. La justice est rendue par une assemblée du comté (shire). Castle dérive du latin castellum ou "little fort". Les peuples germaniques installés en Occident édifient des castra ( caster ou shester) sur ce modèle, prenant appui sur des zones élevées dans le paysage (les mottes castrales).

Mode de vie Normande

Avant la conquète romaine, la région est peuplée d'Armoricains et de Belges au nord de la Seine. En campagne, les fana (petits temples à plan centré, en général carré, de tradition celtique) sont nombreux. L’agriculture fournit du blé et du lin, d’après Pline l’Ancien. Ensuite, la vie s’organise en ville autour des castras et en campagne autour des hameaux ou des villas ou des castellum. En Normandie, la colonisation franque fut assez dense à l'Est mais sporadique à l'ouest. La présence archéologique des Saxons perdure dans le Bessin jusqu’à la fin du VIIe siècle. Le peuplement nordique de la Normandie aurait été fait par des vikings danois mais l'essentiel est le fait de fermiers anglo-scandinaves. C'est confirmé par la toponymie et l'anthroponymie qui ont un caractère nettement anglo-scandinave avec des noms typiquement vieil-anglais ou scandinaves d'Angleterre. Au début du XIe siècle, la Normandie est insérée dans un réseau d’échanges commerciaux orienté vers l’Europe du nord-ouest. Les marchands rouennais fréquentent déjà Londres où ils acheminent du vin. Rouen reçoit encore des esclaves livrés par les Vikings. La circulation de la monnaie y était plus intense qu’ailleurs.

Moyen Âge Central à l'Est de l'Europe

Mode de vie en Russie

Le premier état fondé par les Slaves Orientaux (appelé Rus de Kiev ou tout simplement Rus) fut établi dans la ville de Kiev dans les années 800. Les raisons de la colonisation tardive de la Russie sont liées au rude climat, aux ressources naturelles et à l'isolation des steppes loin des routes de migration.
les ressources naturelles (bois, animaux, eau potable, terre fertile, etc.) sont très espacées dans le pays. Les peuples ont de la difficulté à trouver des endroits qui conviennent pour subvenir à tous leurs besoins de survie. Au début, il y avait seulement des villages dans le sud de la Russie autour de la mer Noire et dans l'est de l'Europe. Mais les peuples devinrent plus aventureux et entrèrent de plus en plus dans le continent.
Kiev en Ukraine fut un centre important de commerce sur la rivière Dniepr. Kiev se situait sur la route commerciale majeure reliant la mer Baltique à la mer Noire et l'empire Byzantin.
Les richesses de la Grèce, de l'empire Romain et de l'Égypte furent importés aux villes et villages de la Rus kiévienne. Des fourrures, plantes et esclaves furent exportés de l'état à Prague et les riches empires méditerranéens.

Mode de vie des peuples des steppes

Ces nomades vivaient sur les grandes steppes de Russie. La ville de Kazan, fut fondée au croisement favorable de la Grande route de Volga, voie commerciale du Nord pour la fourrure, elle lie les pays de l'Europe et de l'Asie entre le IXe et Xe siècle. La fondation de Kazan est, de toute façon, liée à l'histoire ancienne des peuples qui nomadisaient dans ce vaste territoire. Pechenegs, Polovetses et Torks: Nomadisant tout d'abord dans le nord-ouest du Kazakhstan moderne, à l'est de la Volga, ils formèrent peu à peu une part de plus en plus importante de l'armée de Khazars.
bulgares
Seldjoukides, Seljoukides ou Saljûqides : Famille issue de la tribu turcique oghouze des Kınık vivant à l'origine au nord de la mer d'Aral, Les Seldjoukides se convertirent au sunnisme au Xe siècle, au moment où ils migrèrent vers le sud sous la conduite d'un chef nommé Seldjouk,


Peuples présents autour des mers de la Manche et du Nord

Scott en Ecosse

Viking : Au nord de l'Angleterre


Gallois : A l’ouest de l'Angleterre

Le roi de Mercie Offa matérialisa la frontière entre le pays et les royaumes saxons par la construction d'un rempart au VIIIe siècle. Les différentes seigneuries galloises ne parvinrent pas à s'entendre, si ce n'est pour contenir les colonisations scandinaves et anglo-saxonnes derrière les roi Rhodri Mawr, Hywel Dda et Gruffydd ap Llewelyn. Le vrai et redoutable danger fut la dynastie normande qui gagnait le pays par le sud.
Les Gallois réagirent et se rangèrent derrière le puissant roi Deheubarth Rhys ap Gruffydd qui parvint à conclure une alliance avec le roi anglo-normand, Henri II. La puissance galloise sera à son apogée sous le règne de Llewelyn ap Gruffydd et permettra la signature du traité de Montgomery en 1267.


Francs : au Nord Ouest de l'Europe

Normands : au Nord Ouest de la France

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte est conclu à l'automne de l'année 911 entre Charles III le Simple et Rollon, un chef viking. Il permet l’établissement des Normands en Neustrie à condition qu’ils protègent le royaume de Charles III des incusions vikings sur la Seine. Il obtient le droit de pillage sur les terres à l'Ouest occupées par les Bretons. Dans ces temps troublés des invasions des Vikings, les moines ont transplanté leurs reliques et communautés loin des rivages pillés. Rollon était devenu Jarl de Normandie, et, selon les obligations auxquelles il devait se plier, il est baptisé à Rouen en 912, sous le nom de Robert, du nom du duc Robert, son parrain de baptême. En 933, son fils Guillaume "longue épée" reprend le Cotentin et l'Avranchin jusqu’à la Sélune, territoires conquis par le Breton Salomon au IXeme siècle. Entre l’an 1009 et 1020 environ, la terre entre Sélune et Couesnon fut conquise sur les Bretons (qui s'étaient débarrassé des Vikings en 937) Richard Ier dit « sans peur », est le 3e duc de Normandie. Il a 10 ans lorsque il se trouve à la tête du duché, après l'assassinat de son père Longue épée, fils de Rollon. Rapt, évasion, ce jeune souverain a fait face à toutes les vilenies et avanies. En 996, à la mort de son père Richard Sans-Peur, Richard II de Normandie, dit « l'Irascible » ou « le Bon », encore mineur, vient à peine de prendre les destinées du Duché en main que son autorité est déjà battue en brêche et que la colère gronde dans les campagnes. Fils aîné de Richard II, Richard III règna à peine un an, en l'an 1027. Son frère cadet Robert Ier, 6e duc de Normandie, lui succéda, non sans une rumeur d'attribution d'une mort subite sur la personne de son frère aîné. Fils du duc Richard Ier de Normandie, Robert le Danois était comte d'Évreux et archevêque de Rouen. Comme Robert le Magnifique enleva des terres aux abbayes et aux grandes églises pour les distribuer à de jeunes nobles, Robert lui adressa des remontrances pour ces usurpations. Mais il préféra négocier et choisir l'exil. Pour faire fléchir son neveu, il lança l'anathème sur la Normandie. Robert le Magnifique rappela Robert le Danois et le rétablit dans ses charges. Le fils de Richard III , Robert le Magnifique, partit en pèlerinage au début de l'année 103512 avec quelques barons comme le sénéchal Turstin, Odon Stigand et Drogon de Vexin, et prit la route terrestre pour rejoindre Rome.
L'empereur byzantin Michel IV l'accueillit ensuite à Byzance. Le duc de Normandie parvint jusqu'à Jérusalem mais mourut l'été 1035 sur le chemin du retour, à Nicée
Guillaume le Conquérant, fils illégitime de Robert le Magnifique et d'Arlette (fille de peaussier ou fourrier), est désigné par Robert comme son héritier. Vers 1046, pour écarter Guillaume le Bâtard, une partie des seigneurs forment une coalition soutenue par le roi de France Henri Ier. Guillaume les mate en 1047 lors de la bataille du Val-ès-Dunes Il rétablit l’ordre par une habile politique de distribution des terres. Il contrôla plus fermement les agents du pouvoir, les vicomtes. Il élargit son réseau de fidélité en épousant Mathilde, fille du comte de Flandre Baudouin V et nièce du roi de France.
Dès 1050, le roi anglais Édouard le Confesseur fit appel à Guillaume pour faire face aux menaces de son aristocratie. N’ayant pas d’héritier direct, il laisse penser que Guillaume pourrait recueillir son héritage après sa mort qui survint le 5 janvier 1066.
Apprenant qu'Harold est monté sur le trône d'Angleterre, Guillaume convoque les principaux barons normands et les convainc de se lancer à la conquète de l'Angleterre promise par Edouard le confesseur.

Bretons : A l’ouest de la Normandie

Salomon ou Salaün reçoit en 852, les comtés de Nantes et de Rennes, et vicaria de Retz. En 863, par le traité d'Entrammes (Mayenne), il acquiert le territoire compris entre la Sarthe et la Mayenne. Le traité de Compiègne en 867 lui concède le Cotentin, l'Avranchin ainsi que les îles Anglo-Normandes. La Bretagne atteint alors son extension géographique maximale

Depuis Rollon (vers 911), les ducs de Normandie intervenaient régulièrement en Bretagne. En 1008, la mort du duc breton Geoffroi Ier laissait le pouvoir à sa femme Havoise de Normandie, sœur de Richard II. Le duché de Bretagne est mis sous la tutelle du duc de Normandie. Les rapports entre Normandie et Bretagne étaient donc très proches. Cependant le fils d'Havoise et Geoffroi, Alain III de Bretagne devenu adulte, voulut s'émanciper de la tutelle normande. Selon Guillaume de Jumièges, le duc de Bretagne refusa l'allégeance à Robert le Magnifique. Ce fut le signal de la guerre.
Après avoir consolidé son pouvoir, Robert construit une forteresse sur la frontière, située proche du Couesnon selon Guillaume de Jumièges.
Selon la traduction choisie, le lieu de son implantation est Cherrueix (Ille-et-Vilaine) ou Chéruel (Manche). Il lance ensuite une attaque terrestre soutenue par sa flotte qui ravage la côte. Alain riposta en envahissant l'Avranchin mais les Normands Alfred le Géant et Néel II de Saint-Sauveur écrasèrent les Bretons dans une bataille.
Alain s'incline et sollicite la médiation de l'archevêque Robert, parent commun. Il se reconnait vassal de Robert lors d'une rencontre au Mont-Saint-Michel.

Anglo-saxons : en Angleterre


Les Ve et VIe siècles sont généralement qualifiés d'« Âge sombre » ; de grands royaumes distincts commencent à émerger à partir du VIe siècle. Durant la majeure partie de cette période, l'Angleterre est divisée entre les régions contrôlées par les Anglo-Saxons et celles dominées par les Bretons. L'arrivée des Vikings, à la fin du VIIIe siècle, bouleverse la Grande-Bretagne. Les pillards danois lancent des attaques sur toutes les régions côtières, avant de s'établir dans l'est de l'Angleterre, tandis que les Norvégiens (via l'Irlande) s'attaquent aux côtes occidentales de l'île. Les Anglo-Saxons finissent par reprendre le contrôle de la totalité de l'Angleterre au XIe siècle,
Ensuite, comme les Normands, les anglo-saxons ont adopté certaines techniques de combat apportés par les Vikings. Ils utilisent la grande hache à 2 Mains.

saint empereur romain germanique

Henri II lutta contre la Pologne.
Conrad II le Salique, entretient des relations amicales avec Knut II le grand. L'empereur laisse Knut gouverner sur le Schleswig et la Poméranie. Celle-ci est probablement le fief de Knut, puisque Boleslas Ier le Vaillant envoie son armée aider Knut à conquérir l'Angleterre.

Anglo-Danois : en Angleterre

Knut II le Grand, fils du roi de Danemark, obtient une victoire écrasante en octobre 1016 à Ashdon, dans l'Essex, sur Edmond II roi et fils de feu roi d'Angleterre Æthelred II l'Irrésolu.
En 1016, Knut II est désigné comme roi par le Witenagemot (conseil des sages) des nobles anglais. Knut renforce sa position de souverain suprême en épousant la veuve d'Æthelred, Emma, fille de Richard Sans Peur, duc de Normandie. Par cet acte, il consolide les liens politiques et commerciaux entre l'Angleterre et la Normandie. Et les deux fils d'Æthelred se refugient en Normandie
En 1018 (ou 1019), Knut II succède à son frère aîné Harold II comme roi du Danemark, et en 1028 il conquiert la Norvège avec une flotte de 50 navires anglais : sa tentative de gouverner la Norvège se termina àprès une révolte. Harold II prend le pouvoir en Angleterre, et règne jusqu'à sa mort (1040), après quoi les deux couronnes sont brièvement réunies.
Knud III invite son demi-frère Édouard, fils d'Emma de Normandie et d'Æthelred II d'Angleterre, à revenir de son exil en Normandie pour devenir son codirigeant et son successeur.
Déjà en 1013, Édouard avait dû fuir devant l'invasion danoise de Knut le Grand.
La cour normande de Richard II de Normandie, accueillit les deux fils du roi anglo-saxon Æthelred II. Richard II témoigna d'une certaine neutralité vis-à-vis de son voisin d'outre-Manche. D'autant plus que le Danois avait épousé sa sœur Emma, donc la tante de Robert. Mais cette femme Emma, était aussi la mère des deux enfants d'Æthelred, réfugiés en Normandie : Alfred et Édouard.
Le règne d'Édouard dit le confesseur, est marqué par la paix et la prospérité. Les comtes Godwin ont un pouvoir important.
Édouard favorise son entourage normand, ce qui mécontente les nobles danois et saxons, qui forment un parti anti-normand autour des Godwinson
A la mort d'Édouard, Harold Godwinson, qui s'est distingué notamment par des campagnes victorieuses au Pays de Galles, revendique alors l'héritage de la couronne. Il entre en compétition avec Guillaume de Normandie (le fils du cousin maternel du roi, Robert le Magnifique).
Au contraire de son père, Robert le Magnifique s'engagea clairement pour les deux cousins exilés.
Il envoya à Knut III une ambassade pour lui demander de rendre le royaume aux enfants d'Æthelred. Devant son refus, le duc de Normandie convoqua les grands du duché et donna l'ordre de construire une flotte pour envahir l'Angleterre. Les bateaux, chargés en vivres, en armes et en hommes, se rassemblèrent à Fécamp et prirent la mer mais une tempête déporta les navires vers Jersey.
Les Normands ne débarquèrent pas en Angleterre.
Vers 1050-1051,Edouard le confesseur, roi d'Angleterre, aurait désigné Guillaume le batard comme son successeur.
En 1064 Harold Godwin séjournant en Normandie, avait fait serment envers Guillaume, lui reconnaissant le droit à la succession d'Edouard le Confesseur.
Le roi Edouard aurait désigné Harold comme héritié sur son lit de mort. le Witenagemot approuve son couronnement, qui a lieu le lendemain.
Guillaume de Normandie et Harald de Norvège entreprennent chacun des préparatifs pour une invasion

Norvégiens

Ces scandinaves pillèrent particulièrement l'Irlande et L'Ecosse
Harald Ier (vers 850 - 933),Sa vie est décrite dans plusieurs sagas
En 866, il commence une série de conquêtes sur les nombreux petits royaumes qui composent alors la Norvège. Entre 872 et 885 (les avis divergent), après une grande victoire à Hafrsfjord près de Stavanger, il se trouve roi de la totalité du pays. Le monument Les épées sur les rochers commémore sa victoire.

Son règne est cependant menacé par des dangers venus de l'extérieur puisque nombre de ses opposants ont trouvé refuge non seulement en Islande, tout juste découverte, mais aussi dans les archipels des Orcades, Shetland, Hébrides et Féroé et même en Normandie, en Écosse et en Irlande.
Ses opposants naviguent pour harceler la Norvège ainsi que l'ensemble de l’Europe du Nord
Harald III Sigurdsson est le demi-frère de Olaf le Saint qui est chassé de Norvège par ses sujets en 1028, avec l'appui du roi du Danemark, Knut le Grand.
Ceux-ci avaient en effet refusé la campagne d'évangélisation forcée menée par leur monarque. Olaf revient en 1030 en Norvège à la tête d'une armée de va-nu-pieds, bien déterminé à défaire les païens. À cette époque, Harald a 15 ans et combat aux côtés de son frère. Les païens réussissent cependant à les défaire à la bataille de Stiklestad où Olaf est tué
Harald est exilé. Il choisit de partir pour Constantinople, où il devient chef de la garde varangienne. Plus tard, il revient en Norvège sous le règne de Magnus Ier. À la mort de ce dernier en 1047, Harald devient le seul dirigeant du pays.
Harald est tué à la bataille de Stamford Bridge dans le Yorkshire, en combattant contre Harold Godwinson, quelques jours avant la défaite de ce dernier à Hastings.

Peuples présents à l'est de l'Europe

Polonnais

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f5/COA_polish_king_Piast.svg/80px-COA_polish_king_Piast.svg.png

Dans la seconde partie du Xe siècle, la Poméranie devient une région de Pologne. Un évêché est créé à Kołobrzeg mais il est détruit quelques années plus tard, par les populations païennes locales qui refusaient la christianisation.
La paix de Bautzen : Le 30 janvier 1018, la Paix de Bautzen (en polonais Budziszyn) met un terme à la guerre. Ayant vaincu en 1017 une coalition de l’Empire germanique avec les Tchèques et la Rus de Kiev, Boleslas Ier le Vaillant obtient la reconnaissance d’une frontière Ouest. La Pologne garde la Moravie, la Lusace et la région de Milsko, Henri II du Saint-Empire obtient la Bohême, accepte l’indépendance de la Pologne et accepte d’envoyer des troupes contre son ancien allié Iaroslav de Kiev.
Expansion à l’est : En 1018, Boleslas Ier le Vaillant (de Pologne) met sur pied une nouvelle expédition militaire contre Kiev pour soutenir Sviatopolk dans la guerre de succession qui l’oppose à Iaroslav. Le résultat de la victoire contre Kiev est l’établissement de la frontière sur le Bug, la Ruthénie rouge (qui avait été perdue par son père) et la région de Przemyśl seront annexées. Le 14 août 1018, Sviatopolk, le beau-fils de Boleslas Ier le Vaillant, est placé sur le trône de la Rus' de Kiev. À partir de 1030, la Pologne commence à se disloquer mais Casimir Ier le Restaurateur réussit à reconquérir une grande partie des régions perdues, reprenant la Mazovie et la Poméranie en 1047. Son successeur, Boleslas II le Généreux, perd le contrôle de la Poméranie qui reprend son indépendance.

byzantin :

A la fin du 9ème siècle, l'Empire (Byzantin) romain Oriental était toujours l'état le plus riche et le mieux organisé en Europe et Constantinople était la ville la plus grande du continent.
Sa position unique sur le Bosphore, où des routes commerciales se croisent ou aboutissent, a aussi apporté des aventuriers de la Scandinavie et de la Russie, qui ont suivi ' "la route du Varangians aux Grecs", mentionnés par La Chronique Principale russe décrite par l'Empereur Constantine VII Porphyrogenitus (ap J.-C. 913-959) dans « de Administrando Imperio ».

Varègues et la route commerciale des Varègues aux Grecs

Les Varègues sont connus comme des scandinaves de Suède.
La route fut probablement établie vers la fin du VIIIe siècle ou au début du IXe siècle alors que les explorateurs Varègues, vivant de piraterie, étaient à la recherche de butin et d’esclaves.
La route partait de divers centres commerciaux de Scandinavie comme Birka, Hedeby et Gotland, traversait la mer Baltique, entrait dans le golfe de Finlande et suivait la Neva jusqu’au lac Ladoga. Elle suivait ensuite la rivière Volkhov, traversait les villes de Staraya Ladoga et Vilikiy Novgorod.
Après plusieurs portages,elle descendait enfin la rivière Katyn, un affluent du Dniepr. Le long du Dniepr, les bateaux rejoignait Kiev puis devaient franchir plusieurs rapides (où étaient souvent embusqués les nomades petchenègues) pour entrer dans la mer Noire dont ils longeaient la côte occidentale avant d’arriver à Constantinople1
Cette route était reliée à d’autres voies navigables d’Europe de l’Est comme celle des rivières Pripyat et Bug qui, en passant par l’Ukraine, la Biélorussie et la Pologne conduisait en Europe de l’Ouest ainsi que la route commerciale de la Volga qui descendait ce fleuve jusqu’à la mer Caspienne.
Une autre possibilité était d’emprunter le Dniepr et ensuite la rivière Usyazh-Buk en direction de Lukoml et Polotsk.
Cette route servait au transport de diverses marchandises. De l’empire byzantin, les Varègues rapportaient du vin, des épices, des bijoux, du verre, des étoffes précieuses, des icônes et des livres. Kiev était un lieu d’échange pour le pain, les objets artisanaux, les monnaies d’argent, etc. À Volhyn on vendait des rouets et autres produits.
La Scandinavie fournissait des armes et autres objets artisanaux. Le nord de la Russie fournissait du bois, des fourrures, du miel et de la cire, alors que les tribus baltes vendaient de l’ambre.
Varègues et Byzantins semblent s'apprécier mutuellement. Les empereurs n’avaient qu’à se féliciter de la loyauté de leur garde Varègues,
Et Haraldr Sigurðarson, demi-frère du roi Olaf II et futur roi Harald III (Hardrada) de Norvège sera fier de servir dans cette garde

Russe :

La Rus kiévienne s'étend à son apogée de la mer Noire jusqu'à la mer Baltique (appelé mer des Varègues à cet époque). Quand les tribus Slaves et les autres peuples colonisateurs arrivèrent en Russie il n'y avait pas de souverain qui réunissait plusieurs nations. Chaque tribu eut sans doute leur propre chef, mais il n'eut pas de communication entre eux et chaque tribu fut auto-suffisant et indépendant l'un de l'autre.
Le premier à reunir les peuples fut Rurik, qui amene une groupe de familles Varègues à Novgorod. Il déclare que Novgorod est la capitale des “terres des Rus”. Dans les vingt années qui suivirent, d'autres principalités élurent chacun un homme qui serait leur souverain, leur prince. La ville de Kiev fut attaqué en 882 par Oleg, un Varègue, qui se nomma prince de la ville. Dans les années 900, les autres principalités prirent reconnaissance de l'importance de la ville de Kiev. Le dirigeant de cette ville fut nommé le Grand Prince et il portait un importance supérieur aux autres princes de la Rus kiévienne.
Vers 988, le Grand Prince Vladimir I devient Chrétien. Avec son pouvoir, Vladimir impose sa religion sur ses sujets. Plusieurs grands princes furent de bons dirigeants, mais le pouvoir de Kiev diminua dès les années 1000. Les princes des autres principautés de la Rus kiévienne prirent beaucoup de pouvoir et ils commencèrent plusieurs guerres très destructives.

La Ville de Kiev

Le nom de Kiev vient du nom de Kyi, l'un des quatre fondateurs légendaires de la ville (les frères Kyi, Chtchek et Khoryv et leur sœur Lybid). Durant son histoire, Kiev, l'une des plus vieilles villes d'Europe de l'Est, passa par plusieurs étapes, de la grandeur jusqu'à une relative obscurité. La ville fut probablement fondée au Vème siècle et fonctionna comme pôle commercial entre Constantinople et la Scandinavie. Les Khazars dominaient alors cette région. En 882, Kiev est prise par Oleg (en ukrainien Oleh), un Varègue, le successeur de Riourik, prince (kniaz) de Novgorod et elle devient la capitale du premier État ruthène (la Rus' de Kiev, également à l'origine plus tard de la Russie). Le christianisme grec y est introduit peu de temps après par Olga, régente de Kiev (945 - 964), puis est imposé par Vladimir Ier (980 - 1015), considéré comme le véritable fondateur de l'empire de Kiev. En 1169, la ville est pillée par André Ier Bogolioubski En 1203 elle est saccagée par les Kiptchaq. En 1240, Kiev est prise puis détruite par les Mongols de Batu Khan (voir Siège et Bataille de Kiev). En 1361, elle est conquise par Olgierd, un prince lituanien, et rattachée à la Lituanie qui, de par l'union de Lublin en 1569, fut elle-même rattachée à la Pologne. En 1648, avec l'aide des 'Tatars', les Cosaques se soulevèrent contre la Pologne et formèrent un État ukrainien dont Kiev fit partie mais en 1654, après le retrait de l'aide tatare, les Cosaques cherchèrent une alliance avec la Moscovie et lui prêtèrent allégeance. Le rattachement de Kiev à la Moscovie se fit en 1667 par le traité d'Andrusovo.

peuples des steppes

Les plus anciennes font état d'un groupe de Huns qui, après la mort en 453 d'Attila, auraient reflué vers l'Est et l'actuelle Ukraine où trois groupes principaux de peuples, fédérés (ou du moins fortement mélangés), ont joué un rôle de premier plan. Il s'agirait des Bulgares, des Khazars et des Magyars
Ces peuples nomades contrôlaient 3 routes commerciale importantes. Les Khazars et la route de Byzance Au VIIe siècle, les Khazars s'emparent de la Crimée, territoire byzantin, mais occupé par les Goths. La domination khazare sur les différentes populations slaves ou turques des rives de la mer Caspienne connut sa plus grande expansion au IXe siècle, sa fortune étant liée à son importance stratégique sur le commerce de la route de la soie. Initialement dans le Caucase, leur capitale fut transférée vers 750 à Itil ou Atil, à l'embouchure de la Volga.
Pechenegs : Nomadisant tout d'abord dans le nord-ouest du Kazakhstan moderne, à l'est de la Volga, ils forment peu à peu une part de plus en plus importante de l'armée de Khazars. Au début du IXe siècle, ils sont utilisés par ceux-ci pour réprimer des révoltes dans l'état khazar. Finalement en 889, ils franchissent la Volga et s'installent entre le Dniepr et le Don ; puis en 895, ils franchissent le Dniepr et prennent possession du royaume magyar de l'Etelköz.
Les Bulgares auraient établi un Empire sur les rives de la mer Caspienne au second siècle. Celui-ci a été déplacé vers l'Ouest en raison de la poussée des Khazars au VIIe siècle
Les Bulgares de la Volga furent soumis à l'emprise des Khazars. L'unification politique de la région commença à la fin du IXe siècle, la capitale fut établie à Bolghar, à 160 km au sud de la ville moderne de Kazan.
Les Bulgares du Danube fondent un premier royaume au VIIe siècle, sous le règne du khan Asparoukh. Ils finissent par fusionner avec les Slaves, adoptent leur langue, leurs prénoms, et se convertissent au Christianisme, au IXe siècle. Ils occupaient les territoires des actuelles Bulgarie, Serbie orientale, Macédoine, Grèce septentrionale, Roumanie, Moldavie et Ukraine du sud-ouest. C'était le principal rival de la puissance byzantine en Europe.
La ville d’Astrakhan est située à l’embouchure d’ un des multiples bras de la Volga, sur la Mer Caspienne. Batir entre la steppe et la mer Caspienne, la ville jouxte à l'est le Kazakhstan et effleure à l'ouest les plaines du piémont caucasien. Elle se trouve à 1534 kilomètres de Moscou,
La Ville de Kazan est sans doute une des plus anciennes villes de Russie. Elle a été fondée vers l’an 1000. Même si les historiens ne s'accordent pas sur l'identité des fondateurs de la ville, il est fort possible que la ville soit l'œuvre des Bulgares de la Volga.
La ville de Riazan aurait été créée par des colons russes vers 1095. Elle va servir comme poste avancé d'un territoire peuplé jusque là par des finnois. La ville est construite initialement en bois, La région de Riazan est située à la limite de la steppe et de la forêt. En première ligne, elle a souffert de nombreuses invasions venues du sud : Khazars, Pechenegs, Kiptchaq.

Nos campagnes de jeu

escarmouches

initiation Argad avec les Compagnons de la Duchesse Anne à Francisco Ferrer, Rennes novembre 2013
Au centre, Les Saxons descendent de la colline et repoussent une attaque vers le vallon .
initiation Saga avec les Compagnons de la Duchesse Anne à Francisco Ferrer, Rennes janvier 2014
Au centre, Les gallois a la recherche d'une forge .