Sommaire des Aventures coloniales

colonial adventures during the Sudan Campaign








bataille du port de Kordouf


















Contexte du jeu : Soudan, sur les voies commerciales anglaises

rappel historique

La France a pris pied dans le pays depuis la campagne d'Égypte de Napoléon Bonaparte en 1798. La France y est effectivement soutenue depuis 1811 par le pacha d’Égypte Méhémet Ali, théoriquement vassal du sultan mais concrètement souverain indépendant.

les anglo-egyptiens au Soudan

En 1820, le partage de l'Afrique est presque achevé et où les occasions d’acquisition de nouveaux territoires se font rares. Ainsi, les projets d’expansion français vers l’Est (pour relier l'Atlantique — Dakar — à la mer Rouge — Djibouti) et les projets britanniques d’extension du chemin de fer Le Cap - Le Caire, selon les vœux de Cecil Rhodes, s'opposent.
En 1820, le nord du Soudan fut envahi et conquis par Méhémet Ali, le wali d'Égypte. La région avait depuis longtemps des liens linguistiques, culturels, religieux et économiques avec l'Égypte et avait partiellement été sous la même autorité administrative à différentes périodes depuis l'époque des pharaons. Méhémet Ali menait une politique agressive d'extension de son autorité avec pour objectif la possibilité de supplanter l'Empire ottoman (dont il était le vassal) et voyait le Soudan comme une extension naturelle du territoire égyptien. Pendant son règne et celui de ses successeurs, l'Égypte et le Soudan sont parvenus à être administrés par une entité politique unique. Cette politique a été étendue et intensifiée par le petit-fils de Méhémet Ali, Ismaïl Pacha, sous le règne duquel la majeure partie restante du Soudan moderne a été conquise.
En 1856, Saïd Pacha, descendant et successeur de Méhémet Ali, accorde à Ferdinand de Lesseps la concession du futur canal de Suez, inauguré par l’impératrice Eugénie en 1869, malgré l’opposition britannique.
Au début des années 1880, le Soudan est sous domination égypto-britannique et le mouvement des Mahdistes s'est levé en 1881 afin de contester cette autorité. Rapidement, les rebelles contrôlent le sud du pays et parviennent à isoler plusieurs garnisons égyptiennes se trouvant à la frontière avec l'Éthiopie.
En juin 1882, le Royaume-Uni intervient militairement, mais seul, en Égypte sans la France. Les Britanniques vont alors négocier la possibilité d'évacuer les troupes encerclées à travers le territoire de Yohannes IV alors Negusse Negest de l'Empire éthiopien. Les discussions aboutissent au traité d'Adoua signé le 3 juin 1884 entre l'Éthiopie, l'Égypte et la Grande-Bretagne. Le traité règle des problématiques datant du conflit entre l'Éthiopie et l'Égypte mais il permet surtout aux soldats bloqués dans les garnisons d'évacuer à travers le territoire de Yohannes IV.
Avec ce geste, les Éthiopiens vont provoquer la guerre avec les Mahdistes alors ennemis des Égyptiens. Les batailles débutent l'année suivante.

l'Empire britannique en Egypte et Soudan

Avec l'ouverture du canal de Suez en 1869, l'importance économique et stratégique de l'Égypte et du Soudan ont considérablement augmenté, attisant les appétits coloniaux des Grandes puissances, au premier rang desquelles le Royaume-Uni. Dix ans plus tard en 1879, la dette étrangère colossale du gouvernement d'Ismaïl Pacha servit de prétexte aux grandes puissances pour le forcer à abdiquer et le faire remplacer par son fils Tawfiq. La façon dont fut orchestrée par les puissances étrangères l'ascension au trône de Tawfik a énormément irrité les milieux nationalistes égyptiens et soudanais, qui étaient ulcérés par l'influence toujours croissante de gouvernements européens et des marchands dans les affaires du pays. La situation a été envenimée par la corruption supposée de Tawfiq ainsi sa mauvaise gestion et culmina en fin de compte avec la Révolte d'Urabi. Son maintien sur le trône étant menacé, Tawfiq fait alors appel à l'aide britannique. En 1882, à la demande de Tawfiq, Alexandrie, le principal port de l'Égypte et du Soudan, fut bombardée par les Britanniques qui envahirent par la suite le pays. Les forces britanniques renversèrent le gouvernement Urabi au Caire et procédèrent à l'occupation du reste de l'Égypte et du Soudan en 1882. Si officiellement l'autorité de Tawfiq fut rétablie, en réalité les Anglais prirent en grande partie le contrôle de l'Égypte et du Soudan.

La guerre des Mahdistes

Cette guerre du Soudan est un conflit colonial, religieux et politique qui s'est déroulé au Soudan de 1881 à 1899. Il a opposé principalement les Mahdistes soudanais, aussi appelés Derviches, désireux d'établir dans la région un émirat islamiste fort et indépendant, aux autorités coloniales égyptiennes puis anglo-égyptiennes représentées pendant quelque temps et jusqu'à la chute de Khartoum survenue en 1885, par le personnage emblématique de Gordon Pacha. Il a également impliqué l'Éthiopie, l'Italie, l'État indépendant du Congo et la France. Les combats qui se sont surtout déroulés au Soudan ont également touché le sud de l'Égypte, les zones frontalières de l'Érythrée et de l'Éthiopie. Le conflit s'est terminé par la défaite des madhistes, vaincus par les forces anglo-égyptiennes commandées par Horatio Herbert Kitchener Le Soudan anglo-égyptien fut créé à l'issue de cette guerre.

l'Empire éthiopien du Negusse Negest (Roi des rois) Yohannes IV

Pour renforcer la mer Rouge, voie d'acces au canal de Suez, l'Égypte avait annexé, de 1868 à 1875, des zones frontalières à l'Éthiopie pour mettre en œuvre son plan d'invasion en 1875 et entrer directement sur le sol de l'Ethiopie. Deux batailles déterminent la guerre : celle de Gundet (16 novembre 1875) et celle de Gura (du 7 au 9 mars 1876). Le conflit s'achève par une victoire éthiopienne. les rebelles contrôlent le sud du pays et parviennent à isoler plusieurs garnisons égyptiennes se trouvant à la frontière avec l'Éthiopie. Les Britanniques vont alors négocier la possibilité d'évacuer les troupes encerclées à travers le territoire de Yohannes IV alors Negusse Negest de l'Empire. Les discussions aboutissent au traité d'Adoua signé le 3 juin 1884 entre l'Éthiopie, l'Égypte et la Grande-Bretagne. Le traité d'Adoua signé le 3 juin 1884 règle des problématiques datant du conflit entre l'Éthiopie et l'Égypte. Avec ce geste, les Éthiopiens vont provoquer la guerre avec les Mahdistes alors ennemis des Égyptiens. Les batailles débutent le 23 septembre 1885 à Kufit.



Peuples présents au Soudan

anglo-Egyptien : Au nord

Suivant le Nil avec leur felouques et vapeurs, les egyptiens contrôlent les rives du Fleuve au delà de Khartoum.


l'Empire éthiopien à l'Est

Son armée est déployée vers les sources du Nil bleu


Bejas : à l'Est

Les Bejas sont un peuple d'Afrique de l'Est, l'un des plus nombreux du Soudan où ils constituent 6 % de la population1. Une minorité vivent aussi en Égypte, en Éthiopie et Érythrée. Osman Digma est le général le plus compétent au service du Mahdi.

Baggara Misseiria : au sud Ouest

Les Baggaras du Soudan sont divisés en tribus dont les Misseiria à Kordofan. Les Misseiria du Jebel Mun parlent un dialecte nilo-saharien, le "Tama" (aussi appelé "Miisiirii"). Ces derniers constitueront la majorité des effectifs des milices Janjawids du Soudan et se revendiqueront comme étant arabes.

Baggara Rizeigat : A L'ouest

Les Rizeigat sont une tribu arabe à majorité musulmane et rattachée au peuple bédouin des Baggara, et au groupe des Juhayna. Ils sont surtout présents dans la région soudanaise du Darfour, mais également au Tchad voisin. Les Rizeigat sont en majorité des éleveurs de chameaux nomades qui suivent des routes de migration saisonnières. Parmi les clans Rizeigat, on compte les Mahamid, les Mahariya et les Nawaiba. Le Dal Riada contrôle l'Argyll, partie de l'ouest de l'Écosse, sous le commandement de Fergus mac Erc, peu de temps avant sa mort, vers l'an 500.

Zaghawa : au nord Ouest

Les Zaghawa sont un peuple d'Afrique vivant au Darfour (Soudan), au Tchad, ainsi que, dans une moindre mesure, en au Libye . Ils sont relativement proches des Toubous-Goranes. Leur langue, le zaghawa (ou beria), appartient à la famille des langues sahariennes.


Français : à Djibouti et au Mali

Depuis la Mali et la côte Est de la corne de l'Afrique, ils cherchent à réunir leur force à travers le Soudan




Les campagnes précédentes au Soudan vers 1883

El Obeid au sud de Khartoum sur le Nil blanc

La bataille d'El Obeid est livrée du 1er au 3 novembre 1883. Une armée égyptienne sous commandement britannique est attaquée et anéantie par les derviches alors qu'elle s'est engagée dans un défilé( Mais un site sur Hicks pacha écrit que c'est dans une forêt que je traduis par palmeraie) . Le khalife Mahommed Sherif tuera Hicks Pacha pendant la bataille dont la tête fut remis au Mahdi. El Obeid est la première bataille du film Khartoum. 8000 fantassins Egyptiens disposant de 14 pièces d'artillerie Krupp,6 mitrailleuses et de 1000 cavaliers bachibouzouk contre 40000 mahdistes



25 salon de la maquette et de la figurine de Lorient novembre 2013
Les Mahdistes attaquent le port de Kordouf occupé par les Egyptiens